- Hé bien. Tu es classe dis donc, me dit ma chère Rose en arrangeant les dégâts de mon inexpérience en matière de costards.

- Forcé de mettre le premier truc qui ne soit pas t-shirt / jean qui vienne. J'appelle pas ça être classe. Mais merci, je réponds.
Mais que se passe-t-il donc ? Facile. Mon cousin par adoption se marie. Et du coup, famille oblige, j'y suis traîné. Je ne me sentais pas de refuser, très honnêtement. C'est pas si méchant, les mariages. Et comme cela fait plusieurs mois que je suis avec Rose, je l'emmène avec moi. Ça m'empêchera d'être un peu trop con, enfin si, mais en étant niais et amoureux, pas ronchon et exécrable.

- Mais si. Tu fais vraiment avocat comme ça. J'aime beaucoup moi, dit-elle avant de m'embrasser.

- Moi...Avocat ?, je m'étrangle presque de rire.

Parce que tout ce dont j'ai l'air, là maintenant, c'est un pingouin, pas un avocat.

- Bah. Tu fais des études de droit, c'est bien pour ça ... Et puis je dois avouer que j'ai toujours eu un petit faible pour les avocats ... En plus des psychopathes bien sûr !

« bien sûr », qu'elle a dit, où j'ai rêvé ?

- Ow cool, je peux tuer tout le monde alors ?

- Alors je t'aiderais. On serait les Bonnie et Clyde modernes.

-Je te vois bien en serial killer..., dis-je avec un sourire.Tu serais la psychopathe la plus sexy des tous les temps.

Et c'est le retour des rougissements ...Ah non. Du regard un peu exaspéré, mais elles a les joues rosies ! Je ne rêve pas.

- Oh pitié. Arrête de me faire des compliments. Je vais vraiment y croire et je ne pourrais plus passer par les portes tellement que j'aurais la grosse tête.

- Même la grosse tête n'enlèverait rien à ta beauté.

Le romantisme, Léonardo Besson, 2015. Merci, merci. Elle ne relève pas, mais..

- Bon allez, reprend Rose en époustant mon costume, encore une fois : Assez d'idioties et allons-y. On a déjà pris assez de retard car monsieur voulait son câlin du matin.

...DON'T JUDGE ME. L'explication est claire.

- Le câlin du matin allonge la durée de vie de dix ans. Veux-tu que je meurs vite ?, expliqué-je donc avec des airs de savant. Autant que mon costard me serve.

- Ne t'en fais pas mon chéri. Si tu dois mourir jeune, c'est moi qui t'aurais empoisonné, dit-elle en rigolant.

Ben oui. Je m'en fais pas. Je ris même.

- Je reconnais bien là ma psychopathe préférée, déclaré-je donc.

Elle aussi rit.
- Allez, allons-y. Et plus vite que ça, dit-elle en me donnant une petite tape sur les fesses.

Mon pauvre fessier qui n'avait rien demandé, oui, oui. C'est la victimisation bordel.

- Pourquoi tant de haine à l'encontre de mon postérieur ?

- C'est pas de la haine. C'est de l'amour vache !

Meuh oui (l'auteur n'assume pas du tout ok)

-Mouaaais..Avoue que tu l'aimes, mon derrière.

- Tu n'imagines même pas à quel point !, pouffe ma chère, si chère Rose.

- Oh que si. Je connais mon sex-apple tout de même.

- Mais oui. Bon ... Maintenant assez discuté.
Elle me pousse violemment en piaillant " GO GO GO ". Mé il é ou le respé.


Alors qu'on sort de ma chambre, on croise Luz, toute pouponnée avec une robe rouge et une aura de dépression. Ah oui, pardon, c'est naturel. J'avais oublié qu'elle squattait notre appart'. Question de déménagements, trucs compliqués, pas tout suivi.

-Salut Rose, salue-t-elle en nous jetant un coup d'oeil.

La dite Rose est lancée et s'enthousiasme aussitôt :

- Heeeeey Luz ! Coucou ! Toujours aussi belle ! Ca va ? Il fait beau aujourd'hui n'est ce pas ? Une belle journée pour se marier. J'ai hâte de voir la robe de la mariée. Et ça va les amours ?

Ma soeur adoptive est aussi déstabilisée que moi...on va loin.

-Euuuuh merci...Oui ça va et euh...Ça va aussi...Et re-oui et..Bref, oui. Et toi ?

- Bah moi. Tout va bien. La belle vie ... Que demander de plus ?

-Rien j'imagine. Cette tenue te va très bien.

- Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii. A toi aussi. Mais bon ... Moi je trouve que cette robe me fait de grosse fesses ... Et puis le problème c'est que c'est une robe bustier mais que je n'ai pas vraiment de quoi la tenir ...

Il est temps pour moi d'intervenir.

-Ah nan mais moi je suis pas d'accord.

C'était parfaitement constructif okay.

- Oui. Mais toi tu me trouves parfaite car tu es fou de moi. Ton jugement est faussé. Et je veux l'avis d'une des pairs.

-Moi je te trouve toute jolie, dit Luz avec un sourire, alors tant que tu n'es pas comme moi, tu n'as pas à te plaindre.

- Merci. Mais toi aussi tu es très jolie !

-Oh, non pas du tout. Je suis toute maigre.

Là aussi je peux intervenir :

-Faut manger, aussi.

- Mais Léonardo. Parfois on mange et on grossit pas ! Et je ne te trouve pas maigre. C'est toujours mieux que mes jambonneaux de cuisse !

-T'as pas des jambonneaux, calme...Et oui je suis maigre, un peu trop, même. Bref; j'ai encore ma coiffure à faire. Au plaisir de vous revoir.

Ouais, tchuss, bye, sayonara, on va se passer de toi. Enfin, Rose, je sais pas, elle est tellement...Enthousiaste et fan des gens.
-C'est ça.

- A tout à l'heure Luz ! " dit Rose en faisant un petit signe de la main

-A tout à l'heure, répond Luz en souriant.

Ma copine se retourne donc vers moi.

- Alors monsieur l'avocat, on fait quoi maintenant ?

- Ce que madame la psychopathe désire.

- Bah ... J'aurais bien une petite idée. Mais on va éviter ... Ça risquera de me décoiffer et je n'ai pas dépenser 45 euros chez le coiffeur pour rien ...

C'est la tristitude.

- Raaah c'est dommage..

- Non. Ca ce sera pour ce soir …, tente-t-elle de me convaincre.

Ce qui fait naître un joli sourire sur mes lèvres.

- Oooow...J'ai hâte !

- Petit impatient va, dit-elle en posant un baiser furtif sur mes lèvres.

- et s'assume, complété-je.

- Et c'est tant mieux.

- Nous sommes d'accord là-dessus.

- On devrait peut être aller s'installer dans l'église ? La cérémonie va bientôt commencer non ?

- Euuuh, pas à l'église, je la reprends.

- Ah ?

- La mariée est...une flemmasse perverse radine narcissique morfale jalouse et colérique. Bref, les sept péchés, le combo. Donc on évite la religion quoi.

- Ah ok ... Bah c'est pas plus mal. Avec tout ce qu'on a fait, le toit de l'église aurait pu s'écrouler sur nous ...

-J'avoue..
Nous sommes trop des monstres, en fait.

- Bon ... Mais allons nous installer quand même !

- Mouaiiis..

- Si si allons-y. Il faut au moins participer à la cérémonie. Même si je sais que tu préfères la réception pour pouvoir te jeter sur le buffet.

Et c'est quand elle me tire par la main et que je me laisse traîner comme une chiffe molle que j'articule vaguement un « Grillé ».

- Je te connais par coeur maintenant " dit-elle en souriant.

-Je saiiis.

Rose rit.

***
Elle rit encore et toujours quelques heures plus tard, mais c'est Pablo qui arrive en saluant :

- Bonsoir.

Il n'est vêtu comme moi que d'un vague costard, un peu reprisé je dirais, je ne suis pas sûr. Il n'a toujours pas l'air enjoué, et les années qui lui ont creusé quelques rides n'arrangent pas son cas. Je sens la main de Rose se crisper un peu. Elle doit être un peu stressée, c'est vrai que c'est la première fois qu'elle le voit.. Et c'est Rose, donc elle flippe, normal quoi.

- Bonsoir Monsieur Besson. Enchantée d'enfin vous rencontrer, dit-elle légèrement angoissée.

- De même. Rose Sims, c'est ça ?

Comment il s'en contrefiche à côté d'elle ! Enfin, il reste aimable, mais n'est pas le moins du monde inquiet.

- Exactement ! " dit-elle avec un grand sourire, un peu plus rassurée.

- J'ai pas mal entendu parler de vous.

- Vraiment ? " dit-elle en me fixant.
Sérieusement ? Je l'ai juste un petit peu …. Ok, peut-être beaucoup...Evoquée au téléphone. Et lors des week-ends à la maison.

- Pas tant que ça, p'pa, rétorqué-je donc en conséquence.

- Un peu quand même j'espère, dit Rose en rigolant

- Beaucoup, même,sourit Pablo.

TRAÎTRE.

- Mais oui ... Il ne peut pas s’empêcher de parler de moi !

- Le pire, c'est que tu n'as pas tort, sourit ENCORE Pablo.

Je peux en placer une ou-- ?

- Tort à propos de quoi ? Interroge Rose.

- Du fait qu'il parle souvent de toi.

- C'est parce qu'il est fou de moi ,dit-elle en rigolant

Je craque et rougis. Ce sont des tortionnaires et je les déteste tous. Moi j'aime que moi. Je jette un regard alentour, et à part Luz extrêmement proche d'un brun, peut-être trop - je sais pas, je m'en fous - il n'y a pas grand-chose, parce qu'on est dans un coin de la place où je ne connais personne.

- Bon. En tout cas, c'est sympa d'enfin vous rencontrer monsieur, sourit donc ma traîtresse de copine.

- Je suis content moi aussi de te voir, répond mon traître de paternel.

- Bonsoir Pablo. Bonsoir Léo, salue un mec dont j'ai oublié le nom.

Il a pas l'air tout jeune, et a un peu d’embonpoint. Il sourit en voyant Rose et j'aime pas trop ça :

- ... Oh mais ... C'est la petite Rose !, s'extasie-t-il.

- Oh ! Bonsoir monsieur Truckmuche !, répond Rose.

-Ravi, dis-je séchement.

Mais tout le monde s'en fout. Rt si c trist.

- C'est marrant de se retrouver ici, poursuit-elle.

-En effet, que viens-tu faire là ?

- Mon copain, ici présent – elle me désigne – est le cousin du marié.

- Oh je vois ... Au fait, je ne t'ai toujours pas vue depuis l'accident et je voulais m'excuser de n'avoir pas pu être là à l’enterrement. Je sais que ça fait un moment mais je n'arrivais pas à vous joindre.

Oh, un ami des parents de Rose. Je vois.

- C'est pas grave.

- Si si ça l'est. Néo était un bon ami à moi, proteste-t-il.

Mon père semble soudain se réveiller. Et c'est comme si on venait de lui faire ingérer des sentiments. Dans ses yeux, on lit non plus cette éternelle mélancolie, mais une certaine incompréhension.

-Charles, tu as dit Néo ?

- Euh ... Oui. Néo Sims. Pourquoi ?

Je crois qu'on est un peu dans la merde, mais je sais pas du tout pourquoi. Et quand je consulte Rose du regard, elle a le même air un peu affolé que je dois avoir. Putain de bordel.


Saluuuuut je suis en vie les gens ! Sisi. Par contre vous je sais pas, le niveau est faible ici, haha. C'est la fatigue.

Bref ! Le secret de Rose est percé à jour pour Pablochouw le traumatisé, BOUUUUH. 

Ahahah. Sinon voilà c'est la màj. Pourquoi ça a pris du temps ? Alors, en fait, 2015 c'est une année sacrément pas cool et même si j'ai rien à déplorer personnellement de bien dramatique, disons qu'il y a un peu le moral bas, et plein de trucs à faire et tout çaaaaa. Ehm. Bref ! Voilà. Enjoy.