Screenshot-451


Luz s'était finalement assoupie à force d'attendre l'arrivée de Maxime. Elle avait chouchouté les petits comme jamais, ce jour-là, revigorée par la nouvelle. Elle avait entamé la lecture d'un livre, en soi, intéressant, mais la fatigue lui avait valu de devoir abandonner. Peut-être était-ce l'impatience, mais le temps lui paraissait passer si longuement.

Castiel était monté se coucher directement après l'opéra allemand ; il l'avait réveillée, bien qu'elle avait prétendu le contraire en simulant d'être restée dans un sommeil profond, qui bientôt ne fut plus seulement qu'une imitation.

Ainsi, la jeune femme dormait paisiblement sur le canapé du salon, prête à se réveiller au moindre son. Et … On frappa à la porte.

Screenshot-474

Elle se réveilla aussitôt, au vu de son sommeil léger, et se précipita pour aller ouvrir, même si, tout juste réveillée, ce n'était pas si évident. Pas de chance, c'était un psycho qui la tua, lol, fin de l'histoire. Ou plutôt, c'était Maxime, bien sûr. A peine la porte ouverte, elle se jeta presque à son cou pour le serrer contre elle, aussi fort qu'elle le pouvait de ses bras frêles.

Screenshot-475

 Il lui avait tant, tant manqué... son corps, sa voix, son regard, son odeur. Il finit par l'écarter légèrement de lui, et lui jeta un regard, s'attardant sur son ventre naissant.
- Tu...wouah...
Elle, wouah, avait déjà été plus présentable. Son visage avait peut-être regagné des couleurs, mais s'occuper de jumeaux, et avoir passé une si courte nuit, lui avait valu d'énormes cernes. Ses cheveux, toujours du fait de son réveil d'il y a peu, restaient emmêlés et surtout désordonnés au possible, et surtout, elle portait un pyjama qu'on aurait bien du mal à qualifier de sophistiqué et idéal pour recevoir qui que ce soit. Mais c'était sans doute son ventre, qui valait le « wouah ». Le fœtus grandissait et il l'avait vu. Cela la décevait également, mais très légèrement, de rompre leur étreinte. Elle lui fit un grand sourire quand même, incapable de s'en abstenir. Sa main se posa naturellement sur son ventre, son futur bébé, tandis que l'autre essaya d'arranger sa chevelure dans un état catastrophique. C'était vrai qu'elle s'était montrée plutôt...Impulsive.
-Désolée, je...Ça fait tellement plaisir de te revoir.Entre. Tu veux boire quelque chose ? Manger ? Dormir..?
- Je veux bien quelque chose à boire.

Il lui sourit et elle se sentit fondre. Loin de ses cauchemars ou ses fantasmes, il était en soi égal à lui-même, ce qui la soulagea presque. Elle lui rendit son sourire naturellement.

-Café, eau, quel genre ?
Elle avait elle-même l'intention de boire un breuvage du même type que celui qu'il choisirait, dans l'optique d'entretenir avec lui une discussion, une simple discussion sans prise de tête, juste comme ça. Il était tard-tôt-elle-ne-saurait-dire et le calme que procurait cette heure avancée de la nuit la rassurait, pour une fois. Elle espérait juste qu'il ne remarquerait pas comme elle le dévorait des yeux, ce pourquoi elle se força à focaliser son regard sur ses pieds, même si avec son corps actuel, c'était quelque peu difficile. N'empêche, quel charisme avait-elle en pyjama, wouah... Il était bien gentil de ne pas lui faire de réflexions quant à cela. Après tout, malgré ses mauvais côtés et son attitude...Peu recommandable, il restait adorable, ce n'était pas pour rien qu'elle ressentait tout cela.

Il rentra et elle s'en étonna avant de se rappeler qu'elle l'y avait invité. Où était passé la perfection du mécanisme de la personne idéale qu'elle se devait d'être ? Elle planait beaucoup trop.

Screenshot-476

- Tu aurais du jus de fruit tout bêtement...je ne dirais pas non à un peu de vitamine, demanda-t-il avec beaucoup de simplicité.
Avant même qu'elle ne réponde, il se dirigeait déjà vers la cuisine. Certains crieraient au sans-gêne, mais Luz n'était pas de ceux-là, du moins vis à vis de Max. Non, elle n'était clairement pas neutre, et admirait béatement chacun de ses actes. Sans doute son état d'esprit changerait-il un peu plus tard, mais pour l'heure, elle était toute à sa contemplation de son aimé. Elle n'y pouvait rien, tentait-elle de se convaincre, si il était génial. Et puis, s'il était à l'aise, c'était tant mieux.

Screenshot-457

 Après tout, elle aurait sorti le fameux « Fais comme chez toi ! » alors autant l'appliquer directement. Elle le rejoignit cependant, et bénéficiant de l'avantage de connaître les lieux, eut le loisir de sortir les verres et de lui proposer :
-Quel jus tu préférerais ?

La fin de sa phrase se mourut dans un bâillement que la jeune mère ne put contenir, tentant cependant de l'étouffer derrière sa main. Sa courte nuit et les difficultés qu'elle éprouvait à s'occuper des jumeaux, en plus de sa grossesse, ne jouaient pas en sa faveur. Il lui sourit, peut-être avait-il pitié, mais qu'importait.

 

 

Screenshot-458

Maxime ouvrit le frigo sans lui répondre, pour se servir de lui-même un bon jus d'orange. Heureusement que Castiel n'était pas là, songea Luz, sans quoi cela aurait été plus difficile de laisser passer. Elle-même se servit la même chose, avant de s'appuyer contre le plan de travail.

-Alors...Qu'est-ce que tu deviens, à part un artiste ambulant qui ne vit que de ses toiles ?, entama-t-elle avec un sourire franc, avant que celui-ci ne se crispe, à peine : Et...Avec Shayna ?
Aussitôt, il parut beaucoup moins à l'aise et elle s'en voulut.

Screenshot-459

- Shayna et moi...c'est....enfin, tu te doutes que si je suis ici aussi vite, ce n'est pas le top du top.

Ne parvenant pas à retenir un sourire, mais le camouflant en une expression de compassion, Luz s'exprima simplement :
-Je suis désolée pour toi... Tu l'aimes tellement en plus... J'espère que ça va s'arranger en tout cas...
Il avait toujours dit l'aimer et au final ce ne devait pas être si faux, parce qu'il semblait vraiment peiné par l'évocation. Si la brune se réjouissait, égoïstement, de savoir son couple en péril, elle n'aimait pas qu'il soit malheureux. De plus, il ne répondit rien du tout, ce qui l'angoissa.

 

Screenshot-464

 

Elle se redressa pour carrément s'asseoir sur le dit plan de travail et tapota à côté d'elle pour indiquer à son interlocuteur de se rapprocher, ce qu'il fit.

-Mais... à part Shayna, tout se passe bien, hein ?

Il avait esquivé la question peu avant et elle devait avouer que cela l'avait un peu inquiétée, aussi égoïste pouvait-elle être. Elle souhaitait qu'il se confie à elle, retrouver un peu de valeur et d'importance à ses yeux, bien qu'elle devait admettre que, s'il avait fait un si long voyage, ce n'était pas parce qu'il s'ennuyait. Mais leur relation était tendue, presque détruite et cela la gênait tellement, elle voulait réparer ça. Après tout, avant que tout ne dégénère, ils étaient bons amis...c'était cette place qu'elle voulait occuper pour lui désormais, au strict minimum. Et cela commençait par s'enquérir du bien-être de l'autre.


- Oui...tu connais ma routine, je me contente du minimum. Des fois j'aimerai plus...mais je ne crois pas le mériter...enfin bon...toi? Tu n'as pas vraiment dit quoi que ce soit sur ta situation.


La question la prit au dépourvu. Auparavant, elle aurait fondu en larmes dans ses bras, en racontant tout. Sauf que là, le souci, c'était qu'il était concerné, et même carrément impliqué, et leur relation était en jeu. Et puis, elle voulait tellement enterrer toute trace de la pleurnicharde qu'elle fut, se cachant derrière une couverture de femme forte et indépendante, une couverture qui, au fond, ne convainquait pas tant de monde, mais qui l'illusionnait. Comme si elle était digne de sa mère, songeait-elle. Enfin. Elle répondit, avec un sourire plus ironique qu'enjoué :


-Bah...Ces derniers mois ont été un peu difficiles, niveau moral. Mais maintenant ça va mieux, je suppose. Avec Castiel, c'est assez compliqué, il y a les moments où ça va, les moments où je me demande comment ça se fait qu'on soit ensemble. Mais globalement, je ne sais pas ce que je ferais si on divorçait.

Elle avait réussi à se confier tout en esquivant le sujet qui fâche, comme on dit. Elle devait avouer qu'elle était fière d'elle-même sur ce coup-là.

- J'essaie tant bien que mal de gérer les jumeaux, j'ai carrément peur pour l'enfant à venir. Je ne suis vraiment pas une mère idéale et je n'ai pas envie qu'ils souffrent de ça, mais je n'arrive juste pas à être à la hauteur, continua-t-elle sur sa lancée.

Screenshot-465

 


Soudain, il attrapa sa main pour la prendre dans ses bras. L'hypocrite ne s'y attendait vraiment pas. Pour autant, elle fut loin de le repousser, et laissa tomber sa tête sur son épaule.


- Je suis là...Luz, tu sais que je t'aiderai, déclara-t-il. Lucas est mon filleul après tout.


Elle se laissait totalement aller, ravie de ce contact. C'était plus que ce qu'elle n'osait demander.

-Puis tu as Castiel pour t'aider..non?

Pour le coup, elle se raidit à cette évocation, essayant de ne pas laisser paraître son malaise.


-Merci, vraiment...D'avoir accepté, d'être là, d'être génial. Et oui, il est là, mais...C'est pas toujours facile, comme dans tous les couples tu me diras.


Elle le relâcha, il valait mieux après tout, qu'elle évite de le garder près de lui comme un jouet. De toute manière, elle le sentait légèrement crispé, dès lors qu'elle avait répondu. Sans doute avait-il mal interprété. Parce que oui, Castiel était là pour ceux qu'il pensait être ses enfants, mais elle ne voulait pas qu'il approche Lyuba, et il y avait tellement de tension dans le couple qui n'en était plus un que tout cela ne rendait que les choses encore plus difficiles. En y réfléchissant, elle se demandait si l'arrivée de Maxime faciliterait ou compliquerait les choses. Tout était une question de self-control. Si les deux ne se tapaient pas dessus et si elle ne faisait pas n'importe quoi, ne se laissait pas aller avec Max, ils pourraient arriver à un équilibre bien plus agréable à vivre que le précédent. La présence de Maxime était son médicament. Si elle en abusait, tout tournerait au vinaigre. Mais si elle en usait avec précaution...Tout irait mieux. C'était du moins ce qu'elle pensait pendant que son interlocuteur ne pipait mot.  

Screenshot-469

Ce silence fut cependant rapidement brisé. En effet, un braillement retentit. Luz n'eut pas le temps de déterminer si l'émetteur en était Lucas ou Lyu, parce qu'aussitôt, le deuxième, réveillé, s'y mit aussi. Ils n'avaient pas été si bruyants depuis longtemps. Leur mère sourit piteusement à Max, qui riait de la situation.
-Je crois que tu vas avoir l'occasion de rencontrer ton filleul.
Elle lui indiqua de la suivre, mais avant même qu'il ne réponde, commença à se rendre à l'étage. Elle n'avait pas le choix, il fallait qu'elle s'en occupe, elle était réveillée après tout, même si Castiel possédait le critère de la proximité géographique.
Elle fut ravie cependant de constater que Maxime lui emboîtait le pas. Tous deux entrèrent donc dans la nurserie, l'avance de Luz lui valant de tenir déjà Lucas dans ses bras et de le dorloter, quand son père biologique pénétra dans la pièce.  

Screenshot-471

Elle se tourna vers lui en souriant, lui tendant le gamin qui geignait toujours. Elle devait calmer Lyuba, apparemment celle qui avait commencé à produire un tel vacarme, et s'assurer que son regard restait bleu vif et ne changeait pas soudainement de couleur, ce qui pourrait être visible de Maxime.  

Screenshot-472

La jeune femme épia la réaction du père et du fils qui ne connaissaient rien de leur propre relation. Maxime semblait émerveillé de découvrir ce petit être, petit être qui se calma aussitôt. Lorsque le désormais parrain commença d'un coup à se pencher, ce qui angoissa Luz quelque peu. Il avait un gamin dans les bras, un bébé fragile, il avait oublié ou il était juste totalement inconscient ?! Cependant, il fouina sa poche et en sortit un petit porte-clé, une petite toile peinte grossièrement. Le brun tendit ce dernier à l'enfant, qui se montra dès lors curieux. Il fallait être aveugle pour nier une certaine complicité entre les deux.  

Screenshot-473

Cela offrit réconfort et sourire à Luz, qui se détourna donc, l'esprit plus tranquille, pour allaiter Lyuba, visiblement affamée. Pas que Maxime n'ait jamais eu à la voir dans cette tenue – même s'il ne s'en souvenait pas apparemment – mais elle avait un semblant de pudeur. Elle eut vite fini.
Soudainement, la porte s'ouvrit sur Castiel.  

Screenshot-483

 

Luz arbora son plus beau sourire, le plus forcé aussi, même si elle le voulait naturel.


-Je...Fais pas les présentations, hein...

Lucas semblait sentir le malaise ambiant de la situation et se mit à pleurer. Peut-être était-ce parce que le sourire de son parrain s'était évaporé, ou bien parce que celui de son père se formait, sarcastique, mensonger, carapace. Luz se rapprocha du rouquin pour l'embrasser rapidement, avec chasteté, les enfants étant dans le secteur. 

Screenshot-485

Ce serait très hypocrite de dire qu'elle était bien trop fidèle et craintive de commettre l'adultère, mais Luz avait toujours été assez hypocrite, surtout envers Castiel. Elle resserra également son étreinte sur Lyuba, qui s’agrippa plus à elle. 

Screenshot-486

- Déjà là ? Questionna Castiel, qui ne semblait pas spécialement s'en réjouir, toujours avec un sourire ironique lui barrant le visage.

Il était vrai que son épouse ne l'avait pas spécialement tenu au courant, et le voir à cette heure si matinale dans la chambre des enfants, s'immiscer dans son quotidien, jouer avec son fils...Il y avait de quoi irriter, déranger.

- Non, à vrai dire, je comptais arriver dans un heure et demi., déclara Maxime avec un malin plaisir.

Reprenant un air attentionné, il agita de nouveau le jouet improvisé de Lucas devant le petit visage de ce dernier, qui s'apaisa à l'instant et attrapa de ses petits doigts l'ex-porte-clé. Son porteur lui tapota la tête avec tendresse, avant de reprendre :

- Ravi de te revoir d'ailleurs...et j'ai une bien bonne nouvelle pour toi, maintenant que je suis le parrain, attends toi à me voir ici, trèèèèès souvent.
C'était peu, mais déjà trop pour Luz. Fuyarde, craintive, trop peu habile, elle intervint :
- Et pour cette raison, tout le monde va se montrer très aimable, merci.
Elle n'était pas bien convaincante, peut-être parce qu'elle-même peu convaincue. Mais l'atmosphère n'allait pas se détendre, pas comme cela. Ce serait beaucoup trop aisé, et il n'y aurait jamais de situation de ce genre si la vie fonctionnait ainsi. Aussi, au bout de quelques secondes si pesantes qu'il lui semblait que ses pieds s'enfonçaient dans le sol, elle en vint à déposer gentiment sa fille dans le berceau, et puis tira Castiel par le bras pour l'attirer hors de la pièce.  

Screenshot-489

 

Il se laissa faire, sans doute parce que trop fatigué.
Il avait toujours cet air fermé qu'il adoptait quand quelque chose le contrariait...ou qu'il n'était pas bien. Dès lors que ça n'allait pas, il se renfermait sur lui-même pour arborer un air froid, une glace qu'elle n'arriverait pas à casser ou faire fondre : leur relation étant elle-même peu chaleureuse. Elle n'avait pas vraiment d'influence sur lui, et n'en avait jamais réellement eu. Elle le fixa quelques instants et puis, entama, sans trop savoir où elle allait :

 

- Vous avez grandi, il n'est pas méchant, il s'en occupe bien, il va pas te voler ta place, et de toute façon tu devrais me faire confiance - non il ne devrait pas en fait - et je vais chercher de quoi nourrir Lucas, et tu devrais aller te recoucher, tu es fatigué et je m'en occupe.

 

C'était sans doute du fait de l'épuisement qu'il accepta la dernière option, à moins qu'il ne veuille juste plus la voir, où il était juste OOC de malade, elle n'en savait trop rien. Peut-être qu'il s'était accoutumé à l'idée qu'ils n'avaient plus rien d'un couple, peut-être qu'il ne l'aimait plus depuis longtemps. Elle ne le comprenait plus autant qu'elle aurait dû. Elle sentait une volonté de sa part d'abandonner. Un peu comme chez elle. Elle revint un peu brusquement dans la nurserie.

 

Screenshot-493

 

 

-Désolée pour ce qui vient de se passer...Enfin, non, pas vraiment, c'est normal, c'est chez lui aussi. Mais...

Elle se crispa aussitôt en voyant Maxime qui ...Jouait avec Lyuba ?! Non ! Non. Elle ne voulait pas qu'il l'approche.

Lyuba était  cette petite chose qui trahissait son secret. Qui le représentait, même. Tout ce fardeau sur ses épaules, matérialisé en cette toute frêle créature...Elle ne souhaitait pas que quiconque soit trop proche d'elle, il fallait qu'elle s'en occupe, toute seule.

-Tu fais connaissance avec Lyu' aussi ? Se força-t-elle à prendre un air neutre et pas le moins du monde inquiet.

 Pourtant, la petite avait l'air tellement contente de découvrir le jeune homme, celui qui lui avait donné ce si joli regard qu'on ne lui laissait pas arborer. Elle s'émerveillait devant lui qui se fendait d'un grand sourire tendre.

- Je crois qu'elle m'aime bien aussi..

 Il semblait ravi à cet instant présent. Putain, il serait un si bon père. Cela l'émouvait et en même temps lui tordait le coeur. Si ils avaient tout fait différemment, il pourrait les côtoyer et eux l'appeler papa. Et tout ça, c'était de sa faute à elle.

-Tu peux me passer Lyuba s'il te plaît ? demanda-t-elle d'un ton crispé et quelque peu plus distant, en s'installant sur un canapé dans la pièce, qu'ils avaient déplacé là dans la journée, dans une volonté amère de rendre la maison plus vivante.

- Bien sûr.

Il lui ramena la gamine, et même à cet instant où l'épaisse crinière de Lyuba se heurtait à son visage aux traits fins, ils semblaient complices. Il avait un tel naturel avec ses enfants à elle...Elle l'enviait un peu, mais en même temps, lui en était reconnaissante. Cela n'était qu'une raison de plus de l'aimer. 

Elle s'empara de la petite, respirant enfin plus fort. Elle devait concentrer tellement d'efforts pour que la petite reste la gentille fille de Castiel qui ne ferait douter personne. Elle la blottit contre elle et, si Lyu aurait sans doute préféré rester dans les bras de Max, elle se laissa aller contre sa maman, cherchant toujours un contact humain.

Luz caressa doucement les cheveux si épais de sa fille, caractéristique qu'elle ne tenait pas du côté Besson...Enfin. Elle déposa un baiser sur le sommet de sa tête, et la déposa dans son berceau. Elle était  fatiguée, fatiguée de tellement de choses à la fois. 

-Tu devrais te recoucher, je peux m'en occuper, ou Castiel. Tu sembles à bout et vraiment crevée, suggéra Maxime. 

-Nan merci, ça va aller. Tu veux peut-être, toi ?

Screenshot-497

 

 

Il s'installa à ses côtés, et la nuit qui les rattrapait maintenait un silence si pesant...

- Oui, je suis assez fatigué, d'ailleurs, je t'ai même pas demandé avant de venir, je dois me prendre un hôtel? Parce que je n'ai pas pensé à réserver.

-J'allais te proposer de prendre la chambre d'amis, vu que ta venue ne dérange absolument pas, mais tu préfères peut-être l'hôtel...C'est comme tu veux.

L'idée même que Maxime dorme dans sa maison provoquait un déchaînement de son imagination, bien malgré elle, et elle se dota d'un sourire candide pour palier à cela.

Elle se leva pour lui tendre la main, il ne l'attrapa pas, elle camoufla ce vent en saisissant sa main, sans se faire repousser. 

- La chambre d'ami me va très bien, si ça ne te dérange pas.

-Très bien...

 

Screenshot je sais plus

 

 Elle lui fit une rapide visite : salon, cuisine qu'il connaissait déjà, toilettes, salle de bain, chambre d'amis : ils s'arrêtèrent d'ailleurs ici. Elle lui sourit alors qu'il s'installait dans le lit, visiblement pressé de dormir.

-J'espère vraiment que tu te plairas ici, reste autant de temps que tu le veux, ok ?

- T'en fais pas, dit-il avec sincérité, en relevant la tête pour lui sourire doucement. 

Elle ne lui répondit que par un hochement de tête avant de le laisser aux bras de Morphée. 

Elle-même n'avait plus du tout les idées claires.

 

 

 

Screenshot-503

 

Ils ne se pardonnaient pas, ils s'abandonnaient juste au confort de leur détresse. Ils n'étaient pas bien, non, mais ça nourrissait leurs rêves peut-être, ce devait bien être la seule raison pour laquelle ils restaient ensemble. Il ne s'agissait plus de se mentir à soi-même mais d'entretenir une image qu'on haïssait, pour l'idée seulement d'avoir raté. Etrange idée que de réconcilier des apparences alors que leurs pensées s'égaraient sans doute, étrange idée que de simuler un attachement, de jouer la jalousie quand on n'avait plus le goût à ces sentiments.

 


Bon. Bon. Bon.

Enfin.

ENFIN. Et en théorie, cette fois, il va pas se barrer dans la nuit. Tu m'avais presque manqué, Maxichou.

Cette màj m'a pris étonnamment énormément de temps. Je suis triste :c. Ehm. En vrai je l'adore.

Sorry pour le texte un peu random et le yolo total de certaines photos, mon poseplayer est parti en lune de miel avec mes envolées lyriques lel. 

Et si vous voyez des fautes, des incohérences, des trucs moches, vous pouvez les signaler à mes yeux PLEINS DE FATIGUE :D (et même juste donner votre avis)

Bon, petit résumé habituel. Max arrive pendant la nuit, Luz est contente, ils sont contents, ils sont potos, un peu cassés par la vie, mais ça va, et puis ils découvrent les gosses, Max c'est best papa parrain ever, Luz est contente, Castiel arrive, pas joie, Castiel va se coucher, toujours pas joie. Max fait poto poto avec Lyu, Maman Luz tolère pas, finalement ils vont tous se coucher, enfin du côté de Luz, c'est plus coucher tout court. 

Wala ♥

Je vais aller dormir maintenant salut (OUI J'AI PASSE MA NUIT A TAFFER LA DESSUS PLS)

P-S : Il y a beaucoup de gens fabuleux dans le coin

J'vous aime tous

(sauf toi)

 

P-S (2) : JOYEUX NOËL ! Passez de bonnes fêtes, prévoyez un Sam etc, c'est pas bien de mourir.