Screenshot-790

 

9 ans qu'elle avait explosé. Presque dix qu'il était parti. 

Elle n'avait plus rien désormais. Elle n'avait plus la Luz Besson parfaite pour la rassurer, lui donner cette contenance. Elle n'avait plus l'hypocrisie pour lui offrir l'illusion de cette perfection vaporeuse. Elle était là souvent, s'abandonnant à ses folies, souriant au spectre de Maxime qui la hantait partout où elle allait. 

Elle avait l'illusion d'aller bien, tantôt d'aller mal, elle avait implosé. Sa silhouette décharnée quittait rarement la chambre, bien que parfois, elle courait les pavés nocturnes et ses lamentations résonnaient dans la maison. Parfois elle nettoyait jusqu'à l'extrême, s'épuisant à la  tâche, les larmes prêtes à couler. Parfois elle allait voir ses enfants, les yeux morts et le sourire cassé. 

 

Ce n'était pas toujours évident pour les dits enfants, bien sûr. Ils n'étaient pas seuls en soi, mais quand même un peu, et ils s'évitaient. Ils deviendraient peut-être des fantômes eux aussi.

 

 

Screenshot-783

 


Lyuba, c'était cette espèce de petite fille que tout le monde semblait s'arracher. Son épaisse tignasse noire et son petit nez retroussé, sa silhouette frêle, plus encore que celle de sa mère, ses lèvres qui se scellaient en une moue atrocement boudeuse... Et ses yeux, ses grands yeux bleu-vert que tous semblaient admirer, ces yeux-là même qu'elle tenait de son géniteur, et c'était pour ça qu'ils voulaient d'elle au fond. C'était la dernière chance de recoller les morceaux d'une famille fantôme. Mais voilà, Lyuba, elle était rancunière. Et ces années qui s'éloignaient pourtant dans les souvenirs, celles-là même où elle était l'indésirable, elles l'avaient forgée dans un moule de froideur impitoyable.

Screenshot-784

 

Elle les exécrait, tous autant qu'ils étaient. Elle les exécrait, et pour ne plus entendre leurs lamentations, elle montait le son de la radio, qui crachait ses paroles, souvent toujours un peu les mêmes. Ses yeux se fermaient, et elle ne pensait plus à rien, si ce n'était le sourire d'un gamin dans une chambre trop blanche, qui s'était évaporé dans les mémoires comme une simple poussière...

~

 

i821^cimgpsh_orig

 

Léonie l'enviait, Lyuba.
Lyuba, c'était la gamine après qui Luz et Lucas couraient dans l'espoir vain qu'elle leur pardonne.
Léonie, c'était celle qu'on avait envie d'abandonner.

 

Screenshot-780

 

Elle était Castiel, elle en était le portrait craché - et même sa mâchoire se voulait légèrement carrée comme pour appuyer le propos. Mais Castiel, c'était celui qu'on n'évoquait pas, dans cette maison. Echo d'une illusion, elle affrontait leurs regards hostiles, leur crachat infect, et se baladait le soir, les yeux dans les étoiles. Et puis, il semblait que la haine de Léonie fut quelque chose de contagieux. Suivie par ces ricanements, elle pleurait si facilement, Léonie. Et elle voulait plus de tout ça, elle voulait tout lâcher, Léonie. Alors elle s'est planquée, derrière ses sourires, son fond de teint et son rouge à lèvres, dans le creux de ses talons aiguille et elle jouait l'indifférence. 

Screenshot-787

 

Lucas. Lucas, lui, ç'avait toujours été un prince au fond. Un roi parmi ses sujets, adulé par tous. Complètement perdu, on avait toujours voulu lui tendre cette main. Celui qui s'en était tiré le mieux, affirmaient les gens. Il souriait bien plus, il est vrai. Sociable, populaire, adulé. Plutôt pas mal, commentaient certain(e)s et il en jouait.

Screenshot-789

 

Mais il y avait cette solitude qui rongeait, parce qu'il lui manquait cette pièce-là à son puzzle. Pourquoi est-ce qu'il n'avait pas sa putain de famille ?Pourquoi est-ce qu'il se sentait complètement massacré certains soirs ? Ça n'était pas sa faute, mais la leur. Cheveux trop longs, grands yeux bleus, sourire cruel, Lucas Besson régnait en maître autour de lui. 

 


 

BON. Donc c'est la fin du gros spam de màjs \o/ 

J'espère que les màjs vous ont plu et que vous avez tout suivi. Je réalise que j'aurais peut-être pu prendre plus mon temps sur certains points :') Mais c'est pas si grave. Normalement. 

Je vous aime très fort, j'espère que vous êtes pas trop perturbés. Je vous présente donc mes bébés de la génération 6 ! Lucas, Lyuba, Léonie. (j'en entends déjà gueuler "ET LUA ALORS" ... mais ces trois-là sont cools aussi, vous verrez, 'fin ça va... ;_; ). Oui parce que Laël il est mort ixdé ixdé. Vous l'aurez même pas connu.

Luz est un déchet, parce que Max il est mort et qu'elle a dégagé Castiel avec beaucoup de délicatesse. Elle est plus bien du tout dans sa tête, hmm hmm c:. 

Les gosses, traumatisés. Faut bien. La triste et pauvre Lyuba devient un monstre de rancune, Lucas le tout choupi un petit con, Léonie une pauvre chose. Ah là là. J'espère que vous les aimerez c:

Et puis le monde se barre en cacahuète. Pour changer.

Je me suis bien éclatée à écrire tout ça, j'espère que ça vous plaît et que les changements aussi ! Ça a bien ellipsé et c'est parti un peu dans tous les sens, j'ai traité de trucs que je maîtrise pas vraiment, donc ouais, je me sens obligée de vous dire tout ça parce que j'AI LA TROUILLE voilà. 

Et puis ça me rend nostalgique de quitter cette cinquième génération. Bah oui, c'était deux ans et demi quand même...Je sais que Luz va pas tant manquer que ça :') mais j'ai été contente de faire partie de cette aventure...Ça a pas été aussi simple que ce que j'envisageais, et on a perdu des gens en cours, mais putain que c'était fun et je vous remercierais jamais assez de vous être lancées là-dedans avec moi. Oui, là je m'adresse tout particulièrement à Cos, Azie, Any. J'vous aime, j'suis désolée pour ... Tout ce que j'ai pu faire d'un peu nul, et puis, je remercierai jamais assez non plus tout ça pour m'avoir autant rapprochée de vous (Oui parce que ça a joué, ne nous mentons pas), et puis les lecteurs fidèles de m'avoir suivie jusqu'ici. Vos commentaires m'ont toujours boostée et je me demande comment vous avez fait (et faites encore) mais dieu je sais pas ce que je serais sans ce legacy. 

OUI JE PARLE COMME SI C'ETAIT LA FIN mais nan en fait. C: 

Bonne St-Valentin sinon ♥